La musique haïtienne sur les béquilles

Publié: 6 janvier 2011 dans Haïti Culture

                                          De la même manière que je n’ai pas bien digéré le départ du très talentueux chanteur bassiste Eddy François, au sein du groupe racine Boukman Eksperyans, après le carnaval <<Ke’m pa sote>> en l’année 1991. De la même manière que je n’ai pas vue d’un très bon œil, le départ du premier chanteur de Zenglen Gary Didier Perez, qui allait fonder son propre groupe <<OZONE>>.

 

De la même manière que je n’ai pas vu non plus d’un bon œil, le départ de la tête pensante de Boukman Eksperyans l’arrangeur et bassiste Jean Daniel <<Daddy>> Beaubrun, évoluant maintenant au sein du groupe <<Lataye>>a new York aux cotes de sa sœur Marjorie Beaubrun.

 

 

 

De la même manière que j’ai questionné et que je questionne encore, le départ des chanteurs Manno Obas et Vardy Pharel de Mizik Mizik pour le groupe LOV, ayant duré que l’espace d’un cillement, d’une saison.

Les dernières cas en date, ceux de Michael Benjamin, le lead vocal de Krezi retournant a sa case de départ, celle d’artiste solo, du Nu-Shah de Georges Loubert Chancy issu du skah-shah de Cubano et le plus médiatisé, le plus choquant, celui du Gonaïves Gazzman <<Koule>> Pierre abandonnant en haute mer le navire de Nu-look aux cotes de son compère  Arly La rivière, après une tournée en Haïti a la fin de l’année 2009.

Et la liste serait interminable tant que les exemples sautent aux yeux ici et la.

 Tous ces tumultes, ces rebondissements, ces monte-desann et ces départs en cascades au sein des groupes du paysage musical haïtien, témoignent d’une chose qui est a mon avis, reste fondamentale, la fragilité, le non-professionnalisme, les querelles qui rongent ce secteur. Combien de nos groupes sont reconnus par l’Etat, paient leurs taxes et disposent d’un bon plan d’assurance. Membres/Giggeurs…une vraie casse-tête chinois. Non définie. 

 Rien n’est assure dans les groupes d’aujourd’hui. On peut s’attendre au moment inattendu à tout. L’amour de la musique ne semble plus exister. Recherchant le maximum de sous que possible, nos musiciens se métamorphosent en mercenaires, en agents de division et ont perdu la notion de groupe, la notion d’ensemble, la notion de cohabitation  et de ce qui est de plus important pour un artiste, la créativité.

 Rares de nos jours de trouver un excellent chef d’orchestre de la trempe d’un Raoul Guillaume ou d’un instrumentiste comme Guy Durosier. Certes, les groupes en particulier le kompa ont augmente en quantité, mais pas au niveau de l’aspect de la qualité durant ces(10) dernières années. Triste constat.

Tout un chacun essaie de se ressembler comme deux gouttes d’eau et s’enfoncent dans les cliches et les formules du moment.

 Je pense que la musique est trop fantastique, noble spirituelle pour qu’elle soit réduite a des guerres de chapelles, de quartiers, d’avenues assombries par le temps.

Quel sera le prochain groupe…Quel sera le prochain artiste dans le paysage musical haïtien à prendre la fuite…Who’s next ?

                                                         Andre Fouad

                                                     andrefouad@yahoo.fr

commentaires
  1. elfils dit :

    c’est vraiment triste de voir comment nos artistes fonctionnent et n’ont pas la moindre descence pour leur fanatic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s