La cinquième édition du Festival International de Jazz de Port-au-Prince est lancée

Publié: 15 février 2011 dans Haïti Culture

Du 19 au 26 février, Port-au-Prince accueillera sa cinquième édition du Festival International de Jazz qui a été renvoyé l’année dernière à cause du séisme dévastateur du 12 janvier. Comme pour les années précédentes, sept scènes sont retenues pour le déroulement de cette grande fête musicale qui confirme sa dimension internationale avec la participation de musiciens venus d’horizons divers : de l’Allemagne, du Brésil, du Canada, du Chili, des Etats-Unis, de l’Espagne de la France, du Mexique et la participation d’une huitaine de groupes haïtiens d’ici et d’ailleurs, sous le haut patronage du Ministère de la Culture et de la Communication.

Le thème choisi est « Ayiti pi djanm ak jazz » qui est une réponse au cataclysme du 12 janvier et l’épidémie de choléra qui a déjà fait plus de quatre mille victimes parmi les nôtres. Comme beaucoup d’autres festivals dans le monde, des scènes comme celui du parc Historique de la Canne à Sucre est baptisé scène Prestige et celle du Quartier Latin de scène Voilà.

Avec les difficultés rencontrées, le président de la Fondation Haïti Jazz, Joël Widmaier, ne croyait plus en la réalisation du festival cette année. Avec l’aide de ses partenaires il se dit réjouit après tout ce que vient de subir le pays.

Pour la Ministre de la Culture, Mme Lassègue, présente à cette conférence sur la realisation de la  5ème édition du Festival de Jazz de Port-au-Prince, Joël Widmaier a réussi  le coup des Nations Unies sans aller en Suisse parce qu’il a réussi à mettre sur la même table des ambassadeurs et représentants des pays étrangers. Elle se penche sur la solidarité avec Haïti et pense que c’est important les liens culturels entre ces pays dans ce contexte difficile.

Madame Lassègue salue aussi la ténacité de Joël qui pendant une année ne s’est jamais laissé emporter par le découragement. Elle souligne le partenariat avec la Télévision Nationale d’Haïti qui va retransmettre le festival et la reprise de certaines séquences tout au long de l’année.

L’Ambassadeur Allemand en Haïti est allé dans le même sens que Joël pour dire qu’un an après, ils sont beaucoup plus positifs. Il a profité pour présenter le trio Carsten Daerr qui est un choix judicieux des responsables culturels allemands qui sont au Mexique en collaboration avec l’Institut Haitiano-Allemand. C’est un trio très connu dans la région a-t-il expliqué qui joue une musique entre attraction et réflexion.

Le Brésil qui est présent pour la première fois à ce festival sera bien représenté en la personne de la chanteuse Beatriz Malnic et le diplomate qui représente son pays à cette conférence a dit que c’est un honneur pour son pays de participer à ce festival. La chanteuse qui vit en Floride marie le samba et d’autres rythmes de son pays avec le jazz qui donne une fusion extraordinaire.

Régine René, responsable de la section culturelle de l’ambassade Américaine aimerait resserrer beaucoup plus les liens avec la Fondation Haïti Jazz. Cette année son bureau a fait choix d’un groupe basé à New York sous la direction de Aaron Goldberg qui sont déjà venus en Haïti et ils avaient manifesté l’envie de revenir surtout pour travailler en atelier de formation avec les musiciens haïtiens à Port-au-Prince et en province (Jacmel, Cayes et Jérémie).

Elle pense qu’un festival de ce genre en Haïti, c’est très important non seulement pour la formation des musiciens mais c’est aussi un outil de communication pour s’exprimer .

L’Institut Français d’Haïti et l’ambassade de France sont très présents estime Corine, très excitée, qui se penche aussi sur la formation et la diffusion de cette musique.

Pour ce festival placé sous le signe de la reconstruction et de la reprise des activités culturelles dit-elle, la 5ème édition accueillera Mino Cinelu qui est un artiste de renommée internationale, percussionniste, compositeur et chanteur. C’est un professionnel depuis l’âge de 16 ans a expliqué Corine, il a parcouru les scènes du monde et elle nous invite à le découvrir dans  deux spectacles, l’un à l’Institut Français d’Haïti et à la clôture du festival au parc Historique de la Canne à Sucre le samedi 26 février.

M. Hernandez, le représentant du Chili, s’est adressé en créole aux journalistes pour afficher sa joie et celle de Organik Trio. Il profite pour inviter les amants du jazz à voir les spectacles du groupe qui joue une musique très proche de celle des Haïtiens.

Du coté Haïtien on trouvera : Pauline Jean, Welmyr Jean Pierre Trio, qui a joué avec Mozaik, il est un excellent guitariste,  Mushy Widmaier, Vanessa et Alex Jacquemin, Claude Carré qui se passe de présentation pour son travail effectué dans ce domaine en Haïti, Jaleb qui est un jeune groupe avec d’excellents musiciens et Joël croit qu’il faut les encourager, Frantz Courtois qui est présenté par Joël comme un pionner de cette musique en Haïti à coté de Herby Widmaier et Dizwikara de Pierre Rigaud Chéry, guitariste compositeur très valable selon Joël, qui se passe de présentation, réserve toujours des surprises et c’est l’un des musiciens qui initie le style Kreyol jazz.

Pour faire l’historique du jazz en Haïti, nous avons rencontré le chroniqueur Roland Léonard qui avance que l’initiation a commencé sous le gouvernement de Nord Alexis avec une polémique dans l’écriture de la merengue, dans la fanfare avec la présence de la syncope. Il y avait du swing dans cette musique.

M. Léonard pense que l’occupation américaine de 1915 a amené définitivement le jazz en Haïti, même s’il y avait une résistance, les marines écoutaient du blues et ils avaient installé de gros haut parleur sur la place du Champ de Mars pour écouter. Mais on dansait cette musique aussi dans certains salons bourgeois de Pétion-ville, spécialement chez Carl.

Des groupes musicaux ont tenté d’imiter le jazz américain, qui était une musique de danse avant d’être une musique de concert, parmi lesquels le jazz Rouzier ou l’on retrouve Issa El Saieh, il y avait aussi le jazz de Walter Scott Ulysse.

Plus près de nous, Issa El Saieh detenait une grande connaissance du jazz, explique Léonard. Le maestro Saieh est influencé par le jazz moderne et a beaucoup bénéficié dans le concept des arrangements et a réalisé des ateliers pour les haïtiens avec des musiciens étrangers très talentueux comme Billy Taylor.

Mais il faut rendre homage à Herby Widmaier qui depuis la fin des années 50 réalise des compositions jazzy, c’est un admirateur. Il s’est fait remarquer dans ses émissions sur sa radio et a monté des groupes.

Guy Durosier, Charles Dessalines, Frantz Courtois étaient à coté de lui et comprennent son engouement pour cette musique. Kesner Hall, Dormélas Philippe, Jean Siméus connaissent le basic, l’harmonique et le principe d’Herby.

Le groupe le plus moderne qui a joué avec Herby d’après Roland Léonard, ce sont ces jeunes d’Ibo Combo dans les années 65-66, Alix (Tit) Pascal, Lionel Volel, Eddy Prophète, Fritz Joassaint, Didier Pétrus, Jeannot Montès qui jouait déjà un compas jazzé. Plus tard on retrouve Jean Jean Laraque, Jeannot Montès et Frantz Courtois ont été des fidèles compagnons d’Herby Widmaier.

Depuis quelques années, beaucoup de jeunes musiciens se lancent dans l’aventure du jazz, Léonard croit qu’ils sont allés trop vite. Il profite pour rendre homage à Claude Carré qui ne cesse d’instruire nos musiciens en ce sens. Certains musiciens n’ont pas eu le temps de digérer certaines notions et croient composer un morceau de jazz

Réginald Policard est un musicien réussi et qui s’affirme encore, il avait toujours la tendance en lui et son noyau comme le bassiste Richard Barbot son des modèles à suivre.

                                                                                                            Walter P. Cameau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s