Haïti/Jazz : Entre concerts et ateliers

Publié: 22 février 2011 dans Haïti Culture

C’est le samedi 19 février qu’a eu lieu au parc historique de la Canne à Sucre le premier des dix neuf concerts de la cinquième édition du Festival International jazz de Port-au-Prince, baptisé « Ayiti pi diam ak diaz ». En cette occasion, plusieurs centaines de personnes dont des diplomates accrédités à Port-au-Prince avaient fait le déplacement pour applaudir les groupes de Mushy Widmaier (Haïti), de Beatriz Malnic (Brésil) et de Aaron Goldberg (USA).

Débuté avec une heure de retard, due à la manifestation en faveur de  nos jeunes footballeurs humiliés à la Jamaïque d’après le principal responsable Joël Widmaier, le public, dont la majorité sont des étrangers travaillant dans les ONG, semble en être sorti satisfait de la performance des musiciens.

Pour six mois de préparation, nous nous attendons à une organisation beaucoup plus sérieuse de l’ouverture du Festival International de Jazz de Port-au-Prince.

Il n’est pas normal que ce soit en présence du public que les organisateurs font les mises en place au niveau de l’éclairage, de la sonorisation.

Pour un festival d’une telle envergure, tout ne peut pas se réaliser au petit bonheur avec une équipe réduite à Joël Widmaier et Miléna Sandler qui s’occupent de tout.

Grace à une température clémente qui est devenue menaçante plus tard, c’est le groupe amené par Mushy Widmaier qui a performé en lever de rideau avec un morceau gravé sur son dernier opus intitulé « My world ». Tout de suite après, le public a reconnu les interprétations de « kote moun yo » et de « Men yo » deux musiques tirées de notre folklore qui ont fait les délices des festivaliers.

Dès les premières notes du groupe brésilien de la chanteuse Beatriz Malnic, présenté sur la scène par son ambassadeur en Haïti, c’est la samba qui enveloppe la salle sous les applaudissements des nombreux spectateurs.

Aaron Goldberg qui n’est pas à sa première visite en Haïti, a été présenté par l’ambassadeur américain en Haïti, M. Kenneth Merten. Le groupe composé d’un bassiste, d’un batteur, des haitiano-américains, d’un saxophoniste et du pianiste A. Goldberg a récolté la sympathie du public en interprétant des morceaux de notre folklore, telle la composition « Yoyo ». Le moment fort a été l’interprétation de l’hymne national haïtienne « La Dessalinienne » par le bassiste Michel.

Les musiciens haïtiens présents à ce spectacle sont unanimes à reconnaitre que Goldberg est un excellent pianiste qui n’a cessé de voyager en Haïti pour mieux cerner la musique haïtienne. Mais rien ne minimise la bonne performance des autres groupes qui ont bien représentés leurs pays.

En « After hours », Joël Widmaier nous invite à le suivre au Quartier Latin pour apprécier Frantz Courtois et ses musiciens. Sur cette scène de la place Boyer c’était la fête avec une foule disciplinée qui écouta attentivement chaque note qui résonna dans la fraicheur de la nuit, a quelques mètres d’un camp de réfugiés du 12 janvier.

A remarquer que les deux premiers ateliers du festival ont été réalisés par la chanteuse brésilienne Beatriz Malnic et l’américain Aaron Goldberg. Mushy Widmaier attire l’attention sur l’importance des ateliers qui apportent des connaissances essentielles aux jeunes musiciens. Ces ateliers, bénéficiant du support financier de l’ambassade du Canada, constituent des temps forts de partage d’expérience entre musiciens chevronnés et jeunes artistes haïtiens.

Cet avis est partagé par Joël Widmaier, principal membre du comité organisateur, qui annonce un atelier sur le loop station.

L’ambassadeur du Canada, Henry Paul Normandin a reçu dimanche les artistes en sa résidence privée. Il dit avoir découvert d’excellents artistes haïtiens au cours de la première journée du festival. Qualifiant l’ouverture du festival de moment magique, M. Normandin assure que la vie artistique à Port-au-Prince est riche et dynamique.

Les organisateurs se réjouissent des prestations des artistes et de l’affluence du public qui ont contribué au succès de cette première soirée.

Plusieurs musiciens et groupes haïtiens sont invités à la 41ème édition du festival de jazz de New Orléans qui aura lieu du 29 avril au 1er mai et du 5 au 8 mai.

Walter P. Cameau

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s