Où est passée Nancy Sivol ?

Publié: 21 juin 2011 dans Haïti Culture

Si la formation Backup est encore vivante sur la scène musicale, sa chanteuse-vedette, Nancy Sivol n’est plus remarquée dans ses rangs. Des rumeurs ont fusé de toutes parts sur son éventuel voyage vers l’au-delà, mais Dieu soit loué, elle est bien vivante, elle s’est rangée sur le plan matrimonial et vit paisiblement dans le grand nord. Pour vous, nous avons décidé de jeter un regard sur cette jeune et belle femme qui a, à sa façon, marqué la musique haïtienne.

 

 


Bonjour aux plus avisés des internautes du monde entier. J’utilise cette page, incroyablement belle pour ouvrir les portes de mon intimité aux supporteurs de la musique haïtienne et à mes fans en particulier.

Je suis Nancy SIVOL, née à Port-au-Prince le 20 novembre 1987, fruit de l’amour de Dieudonné SIVOL, ancien cadre de la Royal Haitian Hotel et de de Gertha Evelyne SERVILUS, infirmière à l’Hôpital de Bonne Fin depuis plus d’une vingtaine d’années. Mes deux frères Alix et Carlos complètent le diadème que le ciel a placé sur le front de ma mère.

A cinq ans, je fus conduite aux Cayes, ville natale de mes parents où j’ai passé pas moins de neuf ans, donc une bonne partie de mon adolescence. J’ai joui de la luxure des multiples recoins du sud de notre Haïti chérie et c’est là que j’ai vécu mes premières amourettes. Au terme de mes études primaires, je fus reconduite à la capitale, que je n’ai jamais laissée depuis.

Dans les deux demeures où j’ai vécu, j’ai laissé une trace, ma voix ! Je ne prétends pas être chanteuse dès mon plus jeune âge, mais j’ai toujours pris plaisir à gazouiller à susurrer quelques bribes de morceaux, surtout ceux du groupe Zin, où évoluait mon idole, la cantatrice et danseuse, Georgie Métellus. Aucune de ses interprétations, chorégraphies ne m’étaient inconnues, au point que ma mère s’est rendue compte assez tôt que je projetais de suivre ses pas. Aimante et compréhensive, elle m’a toujours motivée afin que je concrétise mes rêves sans négliger ma formation académique. Aujourd’hui, je pense qu’elle est loin d’être déçue, car j’évolue au sein du groupe Back-Up Family comme vocaliste.

Dans mon for intérieur, j’ai toujours chéri l’idée de faire danser les foules, moi qui éprouve un amour singulier pour les tours de reins, les déhanchements infinis. Le ciel m’a souri à Jacmel en janvier 2005, au cours d’une prestation de NU LOOK. Le maestro Arly LARIVIERE interprétait sa chanson à succès : « Why do you say you love me ? » et il invitait des spectateurs à gravir le podium pour l’accompagner. C’est ainsi que j’ai uni ma voix à la sienne et beaucoup de spectateurs ont applaudi ma performance. Ce fut mon premier contact avec le public. Il faut croire que cette expérience est restée gravée dans la mémoire des gens car peu de temps après, j’ai été invitée à chanter avec le groupe Zin au Distinction Night Club le 29 octobre 2005.

Un mois plus tard, j’ai intégré Back Up de façon un peu miraculeuse Un ami à moi, Zagalo, m’a référée aux responsables du groupe qui cherchaient une voix féminine pour équilibrer le lead de la formation. Ma présence a été bien accueillie et c’est là que j’ai appris l’ABC de la présence sur scène. Moi qui croyais que je pouvais chanter, je me suis rendue compte que tout n’était pas une question de voix, mais qu’il fallait beaucoup travailler pour devenir professionnelle. J’ai dû peaufiner mon talent afin de rendre un travail de qualité aux auditeurs qui me font honneur.

Mes rêves en musique sont très grands. Je souhaite apporter un air frais au Compas et à la musique haïtienne en général, car je suis en mesure de varier mes talents de vocaliste. Les rythmes me sont familiers, il ne m’est nullement impossible de les lier à mon ramage. Je travaille fort pour avoir une fructueuse carrière dans la musique, car je ne veux pas être ajoutée sur la liste des ratés de la musique haïtienne.

Sur le prochain album de Back Up, je n’interprète qu’une chanson et c’est en tandem avec les deux autres fers de lance du groupe. Ce morceau, qui s’intitule « 3 devan », relate l’histoire d’une jeune femme qui se vantait d’être pucelle. Son amant qui respectait la virginité et protégeait son hymen fut grandement surpris, des années plus tard, de découvrir que le terrain de la belle avait déjà été visité plusieurs fois.

Je veux profiter de cette missive pour inciter mes frères musiciens à faire montre d’un minimum de respect pour l’héritage de Nemours Jean-Baptiste, car au lieu de se quereller dans des luttes insensées, ils devraient travailler à améliorer le rythme de manière à le rendre plus agréable. Ils devraient user de leurs méninges pour produire d’avantage de tubes comparables aux musiques d’anthologie auxquelles nous ont habitués nos prédécesseurs.

A mes frères haïtiens, je leur demande de respecter la personne humaine. Pour la vie, il est grand temps que la paix règne dans nos cœurs et esprits. L’unité doit être notre leitmotiv, le bonheur d’Haïti, notre objectif. Le kidnapping, la violence sous toutes ses formes ne peuvent nous conduire qu’au chaos.

L’heure est maintenant venue de mettre un terme à ces quelques lignes. Votre artiste qui se croit respectueuse et qui aime taquiner ses proches va se régaler d’un plat de riz blanc couvert de végétales et de crevettes. Un mets que j’adore et que j’aurais aimé donner tous les jours à tous les enfants nécessiteux du monde qui n’arrivent pas à manger à leur faim.

Votre Nancy qui vous aime d’un amour infini et parfait !

 

Photos: Haitixchange

commentaires
  1. labasoche dit :

    C’est un très joli message en vérité qui devrait faire réfléchir beaucoup de monde dans cette vie de violencen ou le pouvoir de l’argent est roi.
    Elle a enfin trouvée son chemin qui rejoint une sage philosophie de vie. Ceci démontre une grande intelligence de la part de Nancy SIVOL. C’est elle qui a raison!

  2. Ruth Denis dit :

    ces paroles sont profondes et tres touchantes, bonne chance a toi Nancy

  3. ASTREMOND Carline dit :

    Jolie réflexion Nancy, bonne chance a toi, sois toujours créative et tu verras comment tu vas prendrele dessus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s