Monvelyno Alexis, entre musique et peinture

Publié: 31 juillet 2011 dans Haïti Culture

L’artiste Monvelyno Alexis vit la peinture et la musique intensément dans son appartement situe entre Marin Park et Corney Island dans le quartier de Brooklyn (new york). Enraciné dans la religion vaudou, il ne cache jamais son identité culturelle à qui veut l’entendre : haïtiens ou étrangers dans ses interventions médiatiques, ses workshops ou ses prestations scéniques. Cet ancien étudiant en ethnologie (Enarts, Haiti) et en musique (Berklee College, U.S.A) est ne le 14 aout 1976 a Port-au-Prince. Après ses études au collège évangélique maranatha, il a fréquente les sciences humaines.

Tour à tour, il dispense des cours de sciences sociales, de littérature  et de philosophie dans différentes écoles de la ville (collège de l’étoile, les frères franciscains, le fraternel) pour gagner sa vie en Haïti ou la vie quotidienne rime avec misère, chaos, incertitude et espoir.

L’espoir, il l’a retrouve a travers la musique des son plus jeune  âge <<J’ai commence à faire de la musique a l’Eglise. Le maestro Zacharie Jean Noel m’a beaucoup aide. Des l’âge de 14 ans en classe de 6eme, je rêvais de jouer un instrument mélodique et harmonique. Donc, j’ai choisi la guitare. Je sais jouer à la flute, clarinette et trompette également. Mes modèles cote guitare sont légions: Dadou Pasquet, Tit Pascal, Jimmy Jean Félix, West Montgomery, Georges Benson, Kenny Burel, Kervin Aubanks et Marc Witfield>>.

En l’année 206, il tourne sa casquette vers les U.S.A, notamment la ville multiethnique (new York), ou tous les genres musicaux s’entremêlent pour le plaisir des mélomanes. Il joue avec Tabou Combo, Alan Cave, Belo, Beethova Obas, Lauryn Hill, Manze Dayila, Irka Mateo, Richard Bona, Junior Terry, Jacques Schwartz Bart.

<<En Haïti, j’avais l’habitude de jouer avec Chandel, Taino, Kalfou Lakwa, Indigenuous, Ram et Thurgo Theodat qui m’a offert ma toute première guitare. Arrive à new york, j’ai beaucoup appris et persévère. J’ai même reçu une bourse pour aller etudier la musique a Berkley…> nous a signale Monvelyno Alexis.

A travers ses deux albums dont la note dominante est le vaudou aux sonorités jazz <<Kouzen Azakamede>> (2010) et <<Conscience State of mind>> (2011), il tente selon ses propos de promouvoir la culture haïtienne dans la mesure de ses talents et possibilités a travers des prestations -live  a <<Blue note>>, <<Carnagie Hall>>, <<Konbit restaurant>>, <<Rocky Sullivan>>  pour un public international.

Passionne de lecture, de peinture et d’écriture, Monvelyno Alexis  fondateur du label <<Kod ak po project>> artiste authentique, spontané, creatif, avant-gardiste pense que la musique haïtienne nage dans les eaux de la médiocrité <<Mizisyen yo dwe travay jounen jodia pou fe yon lot bagay>>.

Andre Fouad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s