Serge Jolimeau, honoré par Bill Clinton

Publié: 17 août 2011 dans Haïti Culture

 

Le 13 juin 2011, nous avons présenté le grand et célèbre artiste de Noailles, Serge Jolimeau. Ce 16 août 2011, l’ex-président des Etats-Unis d’Amérique, William Jefferson Clinton, s’est rendu en son atelier, à la croix-des-bouquets, pour l’honorer pour l’ensemble de ses œuvres, qui font de lui, la Référence mondiale du fer découpé. Pour vous, nous jetons un regard rétrospectif sur cet illustre personnage, modeste, généreux, mais tellement génial.

Serge Jolimeau, « de la broderie sur fer »

Serge Jolimeau un nom qui fait tâche d’huile  dans le milieu de la sculpture en Haïti. Au village artistique de Noailles il est plus qu’un artiste de renom, c’est  un baobab, une encyclopédie vivante et des mains magiques…

A 59 ans Serge Jolimeau  appartient à la troisième génération des sculpteurs du Village de Noailles. Calme, d’une disponibilité étonnante, cet originaire de la Croix des Bouquets à la conversation agréable est versé dans le modelage du fer dés l’âge de 12 ans. Père de trois enfants, il a été formé par  Serisier Louis Juste, remarquable sculpteur de la première génération. «  J’ai eu la chance de connaitre le grand Maitre, Georges Liauthau et les Frères Louis Juste » affirme t-il reconnaissant, calé dans  des meubles en fer découpé sur sa gallérie.

Pierre Monosier, curateur du Musée d’Art le découvre en 1972 et c’est le début d’une grande aventure. Il intègre le Centre d’Art où il parfait son art. C’est là qu’il rencontre son ami et mentor Murrat Brière, « un artiste ! Je n’ai jamais vu quelqu’un capable d’improviser aussi rapidement que lui » dit-il émerveille.

Après une exposition à l’Institut  Français  en 1995 il s’envole pour la France. Ses pièces sont retenues pour un être présentées  à Cergy, banlieue  Nord ouest de Paris. Jolimeau connu un succès fou. Il raconte, joyeux, perdu dans un flashback qu’avant même le vernissage, toutes les pièces étaient vendues. Emerveillé par la finesse de ses ouvres les Cerginois ont déclaré «  c’est de la broderie sur fer ».

Dans son « Lakou »,  sa gallérie déborde de pièces aux mille formes. Des miroirs géants, des arbres aux reliefs surprenants, des animaux, des ustensiles, des sorcières opulentes, des anges et surtout des sirènes. « J’aime découper les sirènes, je dors avec elles ».  Confie t-il laconique.

Il puise son inspiration dans les choses de la nature, le quotidien et évoque les thèmes religieux à caractère vodouesque. Ses pièces se distinguent par l’alliage du fer comme matière première au cuivre et les profils des sujets qu’il met en exergue, soulignés d’un vernis brillant.

L’univers de Serge est dominé par ses  sirènes oniriques qui ne le quittent jamais, sa maison, ce musée et le son  atypique des marteaux  devenu sa mélodie au village qui l’a vu naitre. Il forme aussi des jeunes apprentis au métier. Sous un arbre, un groupe  fabrique des statuettes. «  Je suis fier, non seulement de mon parcours mais aussi des jeunes qui assurent avec véhémence la relève».

Ce « Bos metal » fait la convoitise des collectionneurs européens et américains. Présent dans les grandes représentations nationales et internationales. Il est conscient de son talent qui surprend chaque jour. Ses œuvres sont aussi en vente a Macy’s aux USA. L’artiste qui brode sur le métal participe pour la sixième fois consécutive au FolkArt à santa Fe du 6 au 12 juillet 2011. Cette foire réunit tous les artistes du monde entier. Haïti une fois de plus sera dignement représenté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s