Il faut que quelque chose change!

Publié: 24 octobre 2011 dans Haïti Culture

Depuis quelques années, me basant sur le fait que ma patrie n’est pas juste une cité, je crie à tord et à travers qu’Haïti est un pays à découvrir, qu’il est beau, rempli de mystères, de merveilles qui peuvent épater n’importe quel individu de n’importe quelle partie du monde. Je suis encore animé par la même fougue et je ne compte nullement m’arrêter en chemin, mais observant certaines dérives, je prends la permission de prêter les mots de Jean Paul II pour dire à mes dirigeants : Il faut que quelque chose change !

Il faut que quelque chose change, car Haïti, sa capitale plus précisément, ne peut continuer à évoluer ainsi! Si nous autres photographes, écrivains, nous faisons le devoir de nous transformer en promotteurs de la culture, du tourisme et que nous ne soyons épaulés par les maires, agents de développement des différentes communes de Port-au-Prince et de ses environs (en jouant leur partition), nous ne sommes ni plus ni moins que des prêcheurs dans le désert.

 Rendez moi sage ou fou, comment peut-on inviter des gens à visiter Haïti quand le seuil de sa porte n’est qu’une poubelle? Quand ses rues sont décorées de détritus, de boue, de flaques d’eau sale ? Pourquoi après tous ces mois, la ville est encore un tas de décombres, de tentes et de taudis, qui ne font honneur à ceux qui les habitent, encore moins à ceux qui les ont construit? Comment permettre aux touristes de visiter l’arrière-pays, véritable paradis, quand il est harcelé dès son arrivée à l’aéroport par des centaines de mendiants en uniformes, qui tentent de lui prendre ses bagages (ce qui n’a rien à voir à un service courtois). Comment peut-il se croire en sécurité quand tout autour de l’aéroport, une meute de bandits, qui se font passer pour des mendiants l’agressent, sans qu’aucune autorité ne se rende compte que cette zone doit être stérilisée, nettoyée?

 Si nous voulons faire le point sur l’ensemble des dérives qui flétrissent l’image de notre Haïti, certainement l’encre et le papier auraient fait défaut, mais il y a un minimum que nous pouvons réaliser pour permettre à la terre de Dessalines de recouvrer sa dignité. Oui, Haïti est appauvri, miné de toutes parts, mais il n’est pas un repaire de mendiants, une décheterie… Relevons-nous et changeons la sale image de Port-au-Prince, cette capitale qui accueillait des milliers de touristes, qui s’amusaient sur le boulevard du Bicentenaire. Port-au-Prince doite renaitre de ses cendres, le port-au-princien doit retrouver son humanité.

 Il faut que quelque chose change!

Richarson Dorvil

commentaires
  1. Witly Presil dit :

    J’ai toujours dit que si nous accordons plus d’attentions aux choses positives du pays le mal finira par s’aneantir. Parceque les critiques sont bonnes mais sachez qu’elles peuvent aussi bien générer des rancunes et des resistances surtout quand c’est par des gens qui manquent de diplomatie. Ca fait deja plus de six mois sur mon blog que vous pouvez visiter: http://www.diezakbemol.com je fais cet exercice de me concentrer sur tout ce qui es positif á propos d’Haïti. Parceque pour moi c’est honteux que CNN a pu découvrir et honorer Patrice Millet alors que nos medias ont tous ignoré son histoire. C’est Grave !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s