De Sweet Micky a Michel Martelly

Publié: 23 décembre 2011 dans Haïti Culture

De président du compas, il est devenu président de la République d’Haïti. Toute une transition, dans la vie de Michel Martelly, musicien, sportif, comédien a ses heures… appelé à diriger un pays, dans un contexte bien difficile. Vivant il entre dans l’histoire, comme l’un des hommes a avoir realise le plus grand bon dans l’echelle sociale. Incroyable mais vrai, le musicien qui faisait la loi sur le parcours du carnaval, regne sur le peuple entier. Nous avons connu Sweet Micky, vu Michel Martelly, mais qui est-il ? Pour vous, la biographie de Michel Martelly, par Haïti Libre.

Fils des époux Gérard Martelly, Michel prit naissance à Port-au-Prince le 12 février 1961. Sa mère, issue d’une lignée de musiciens : les de Pradines, se doutait-elle déjà que la fée de la musique rodait autour du berceau de Michel?

Chez les Martelly, si le pain ne manquait pas, on ne roulait pas sur l’or et c’est très tôt que ses parents lui inculquent le sens des valeurs : le travail, la discipline, le respect de l’autre, le sens du partage et de la réussite.

Sa scolarité s’est déroulée au Collège Roger Anglade, à Saint Louis de Gonzague et au Centre d’Etudes Secondaires où il décroche son Bac, tout en se faisant énormément d’amis fidèles au cours des ans. Le charisme de ce garçon, dégourdi, frondeur, détestant les cadres étriqués, le signale déjà à l’attention de ses camarades et de ses maîtres.

«Entertainer» né, cet adolescent charme, séduit, anime. Un piano, un micro et le voilà lancé. Michel quittera pourtant Haïti pour les USA où il étudiera et s’initiera au métier de la construction. Ce bémol ne tue pourtant point son talent, loin de là, le voici s’initiant plutôt aux techniques de la communication et de la musique avec un seul rêve en tête : revenir le plus tôt possible à sa terre natale.

« Je transpirais la musique, cette musique chaude comme le soleil d’Haïti ».

Ce fut donc la genèse de Sweet Micky, le musicien-comédien et boute entrain national capable de dire sans détours et tout haut ce que les autres pensent tout bas, et le début d’une réussite spectaculaire dans un domaine où tant d’autres talents n’avaient connu que misère et désillusion. Démontrant une énergie incroyable, le personnage Sweet Micky qu’il incarne devient une célébrité au delà des frontières, capable d’être aussi effronté que brave, créant toujours des effets de surprise, cherchant toujours à captiver son public, à l’amuser tout en prêchant l’Amour, la Paix et le Progrès.

1987, c’est dit-il son année porte-bonheur. Il découvre ou plutôt redécouvre son amie de toujours, Sophia Saint Rémy des Gonaïves. Aujourd’hui encore, vingt trois ans après, la même complicité les unit! De ce mariage sont nés 4 enfants : Michel-Olivier, Michel-Alexandre, Michel-Yani, Malaika-Michel pour qui, malgré son horaire parfois difficile, Michel a été un père de famille exemplaire.

Ensemble ils se sont mis au travail, elle l’impresario et lui Michel, il arpente le pays tout entier, chaque arrondissement, chaque commune, chaque village. Du palace le plus cossu à l’humble chaumière, c’est la liesse, et une complète communion avec l’âme Haïtienne.

De cette expérience professionnelle, il acquiert du pays une connaissance profonde.

« J’ai vu Haïti, j’ai vraiment vu ce pays. Haïti du dedans, Haïti en dehors. J’ai mesuré les clivages, les faux antagonismes, les polarisations malveillantes. Mais aussi j’ai vu toutes ces divisions fondre autour de moi comme glace au soleil ! ».

Ayant réussi, se sentant chanceux et en état de grâce, le couple Martelly ne peut rester insensible face aux plus démunis et à la misère environnante. Cette conscience citoyenne d’une responsabilité d’abord sociale prend forme autour de leurs nombreuses initiatives et œuvres de bienfaisance qui aboutit à leur Fondation Rose et Blanc.

Dans la discrétion la plus totale, ils font œuvre qui vaille et font une différence dans la vie des laissés pour compte. Nous sommes étonnés devant l’ampleur du travail accompli des tonnes de produits de première nécessités distribués, des milliers de plats partagés… mais, la pub n’est pas au rendez-vous, plutôt un altruisme pudique, une dignité silencieuse, « la souffrance ne doit pas se vendre », nous dit Michel. « Haïti est un pays recelant bien trop de richesses pour être aussi pauvre ! C’est le système qui est désuet et obsolète, c’est ce système qui a perdu toute sa conscience sociale, toute son efficacité, qui n’est plus en mesure de servir le citoyen, jusqu’au plus faible. C’est un changement qui va créer des plaintes et des grincements de dents, mais il est inéluctable »

De succès en succès, l’orchestre provoque la fièvre, le délire, toutes classes sociales confondues, autour d’un même rythme, d’une même danse, du même refrain, et si désormais on arrivait à créer ce même esprit, cette harmonie sociale autour d’un même drapeau, d’une même vision, d’une même devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Peut-être est-ce le destin d’Haïti d’être le fer de lance d’une nouvelle révolution dans les mœurs qui pourrait finalement permettre un dialogue vrai entre tous, en jetant un regard profond permettant d’éradiquer ces problèmes sociaux, et de déboucher sur une fraternité agissante.

Consensuel, esprit ouvert, il n’en demeure pas moins convaincu que le temps du changement est arrivé. L’édifice sociopolitique haïtien est fissuré et vermoulu. Il faut le reconstruire mais cette fois-ci selon les normes et avec des objectifs plus ambitieux et de performance. Il s’agit de mettre l’emphase sur la reconstruction du pays certes, mais pas seulement une reconstruction physique, sinon une refondation totale des systèmes de gouvernance, de l’Ethique et du vivre ensemble. En appuyant la relance de la mentalité productive de l’Haïtien, tant dans l’Agriculture que dans la culture, ou le Tourisme. Et surtout, il faut commencer par concrétiser le rêve d’un système d’éducation et de formation de qualité pour tous les âges et toutes les bourses. Car la vraie richesse d’Haïti reste encore le potentiel de développement de ses ressources humaines, et la diversité des possibilités d’investissements capables de créer une croissance économique galopante. C’est cela la vision d’une Présidence Michel Martelly. Un président habitué à prendre le taureau par les cornes et à gagner ses combats. Un Président capable d’augurer une ère nouvelle pour Haïti, un vent de fierté, de réussite et de progrès.

commentaires
  1. Randy Murat dit :

    Quand on sait ce qu’on veut,et où l’on veut aller,Peu importe le chemin par lequel on doit passer si cela ne fait que nous polir.Que Dieu ait pitié d’Haiti et que nous les haitiens ,nous soyons conscients que l’avenir du pays depend de nous. en grande majorite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s