2012 arrive, Haïti, en route pour la « coumbite »!

Publié: 28 décembre 2011 dans Haïti Culture

Une année fait ses adieux à l’horloge du temps et pour nous cela est devenu une routine… les feux d’artifice, les vœux d’usage, même si on ne les pense pas vraiment, les beaux et longs discours, les diners aux chandelles, qui se terminent le plus souvent, par un baiser de minuit… comme les fins, les débuts d’années sont monotones, elles s’amènent avec beaucoup d’interrogations, d’inquiétudes. Pour Haïti, les questions n’ont pas changé depuis un quart de siècle…

Le nouvel an arrive, de quoi 2012 sera fait ? Pourtant les réponses sont simples et se résument en : « de ce que nous avons travaillé pour» ! Que peut-on espérer récolter, quand on a rien semé ? En Haïti, nous menons une vie de cigale et rêvons de vivre comme la fourmi.

Loin de nous l’idée de vouloir faire office de prophète de malheur, d’oiseau de mauvaise augure, mais puisqu’il n’y a aucune perspective réelle, nous sommes condamnés a une année de plus dans une capitale insalubre, ou les tas d’immondices servent de balises, la seule capitale au monde ou les forces de l’ordre servent de négociateurs entre les kidnappeurs et les parents de victimes. 2012 sera une année terrible pour nous, car nos yeux sont encore rivés vers la table de l’étranger, nous guettons les miettes, tandis qu’Haïti est encore un pays essentiellement agricole et nous invite à l’ensemencer.

Ne nous interrogeons plus sur ce  à quoi nous devons nous attendre, mais travaillons pour nous offrir ce que nous voulons. Soyons les architectes de notre lendemain. Nous avons déjà fait le tour du monde, vu comment vivent les hommes et les femmes, donnons a nos frères et sœurs une chance de vivre comme des humains. En 2012, nous ne voulons plus passer aux infos à titre de bot people, tentant d’atteindre des cotes voisines, parce que notre pays est devenu un enfer pour nous, un paradis pour les ONG. Cessons d’endormir le peuple avec de fausses promesses, l’heure n’est plus aux débats infinis, mais aux promptes solutions. Le lambi a sonné, en route pour la «coumbite », nous avons un pays à sauver, un peuple à sortir de la crasse.

commentaires
  1. Plus facile à écrire qu’à faire, malheureusement. Faudrait que l’État se réveille un peu et pense que l’eau, l’électricité et des routes dignes de ce nom ne sont plus un luxe, en 2012…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s