Arnold Antonin, qui dit mieux ?

Publié: 6 janvier 2012 dans Haïti Culture

Homme de carrières diverses, Arnold Antonin est connu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour son engagement social, politique et culturel. Il a été honoré pour l’ensemble de son œuvre dans le cadre de la remise du Prix Djibril Diop Mambety au Festival International de Cinéma de Cannes en 2002. Il a eu deux fois consécutives le prix Paul Robeson du meilleur film de la Diaspora africaine au FESPACO à Ouagadougou en 2007 et en 2009 ainsi que nombreux prix et mentions dans différents festivals pour ses documentaires et ses films de fiction. Il a été président de l’Association Haïtienne des Cinéastes (AHC) de 2005 à 2009.

Arnold Antonin en plus d’être cinéaste, est aussi professeur d’université, organisateur de débats, directeur d’un centre culturel. Arnold Antonin est président de l’Association des cinéastes haïtiens.

Homme de carrières diverses, Arnold Antonin est connu tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays pour son engagement social, politique et culturel. Il a été honoré pour l’ensemble de son œuvre dans le cadre de la remise du Prix Djibril Diop Mambety au Festival International de Cinéma de Cannes en 2002. Il a eu trois fois consécutives le prix Paul Robeson du meilleur film de la Diaspora africaine au FESPACO à Ouagadougou en 2007, 2009 et ainsi que nombreuses distinctions dans différents festivals pour ses documentaires et ses films de fiction. Il a été président de l’Association Haïtienne des Cinéastes (AHC) de 2005 à 2009.

Cependant, l’œuvre qui l’a consacré est Ayiti, men chimen Libète, un documentaire de long métrage qui a été projeté à travers le monde dans le cadre des multiples campagnes de mobilisation contre la dictature des Duvalier. M. Antonin est l’un des rares cinéastes haïtiens à avoir travaillé sur support film.

Militant du socialisme démocratique, en 1986 il retourne au pays après de nombreuses années d’exil et entre dans l’arène politique en proposant une modernisation des organisations et des pratiques. Il fonde le Centre Pétion Bolivar, un centre culturel et de débats politiques. Il organise le Forum libre du jeudi, espace pluraliste de rencontres et de débats. Il enseigne à l’École nationale des arts et à la Faculté des sciences humaines.

En 1988, il commence à travailler sur support vidéo et réalise une vingtaine de films documentaires et un long métrage de fiction Piwouli et le zenglendo.

Après ce qui devient déjà une longue carrière, on peut parler des caractéristiques d’une œuvre et peut-être d’une esthétique propre à cette œuvre. Quelles sont ces caractéristiques ? Pourquoi ce choix persistant du documentaire ? Qu’a signifié le passage du film à la vidéo ? Pourquoi cette obsession du social même dans les films sur l’art ? Quelle est la relation entre art et politique chez Arnold Antonin ?

1942 : Né Celesti Corbanese à Port-au-Prince Haïti

1970 : Obtient un doctorat en économie et commerce à l’Université de Rome

1974 : Réalise son premier film : Duvalier accusé, un court métrage noir et blanc de 20 min en 16 mm

1975 : Réalise Ayiti, men chimen libète, film qui fera le tour du monde dans le cadre de la mobilisation contre la dictature des Duvalier. Ce long métrage de 120 minutes est en noir et blanc. Il a été tourné en 16 mm.

1980 : Son film Un tonton macoute peut-il être poète ? obtient le prix du meilleur court métrage du Venezuela

1982 : Écrit et publie le livre Matériel pour une préhistoire du cinéma haïtien

1983 : Obtient une maîtrise en droit économique et international à l’Université centrale du Venezuela pendant qu’il y enseigne

1986 : Fonde et dirige le Centre Pétion Bolivar et devient l’un des défenseurs des droits humains et l’un des hommes politiques les plus en vue d’Haïti

1987 : Débute Forum Libre du jeudi, espace pluraliste de rencontres et de débats

1988 : Commence à travailler en vidéo et réalise un documentaire 20 ans de travail avec les pauvres

1992 : Se retire publiquement de la scène politique en présentant une explication autocritique, fait surprenant en Haïti

2001 : Après son film A nayif nan peyi kout baton qui obtint en 1976 le prix spécial du jury au festival du film francophone, il réalise son premier documentaire sur des artistes haïtiens avec Tiga : Haïti, rêve, possession, création, folie. Œuvre de 52 minutes tournée en vidéo, ce film a été diffusé par RFO et dans la section vidéo du Festival du cinéma caraïbe de Saint Barthélémy. Suivront Cédor, Albert Mangonès, André Pierre…

2002 : Honoré au Festival de Cannes pour l’ensemble de son œuvre et pour son documentaire Courage de femmes, dans le cadre du Prix Djibril Diop Mambety.

2007 : Au FESPACO 2007, Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, (Burkina Faso, 24 février-3 mars 2007), il présente son long métrage de fiction Le président a-t-il le Sida ?. Il reçoit le Prix Paul Robeson dans la section « Compétition long métrage de la diaspora africaine » ; prix d’une valeur de 2 millions de francs CFA (environ 3 000 euros) + 1 trophée. Le comité national burkinabè de lutte contre le Sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) lui décerne aussi un Prix spécial d’une valeur de 2 000 000 de francs CFA (environ 3 000 euros) plus un trophée, « pour l’actualité et le caractère dramatique de son film ». Prix remis par Gabriel M. Dosseh-Anyron, ministre togolais de la culture.

2009 : Au FESPACO 2009, Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou, Arnold Antonin présente son documentaire Jacques Roumain : la Passion d’un Pays. Il reçoit le Prix Paul Robeson dans la section « Compétition long métrage de la diaspora africaine ».

2011 : Au FESPACO 2011, Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, Arnold Antonin présente son documentaire Les amours d’un zombie. Il reçoit le Prix Paul Robeson dans la section « Compétition long métrage de la diaspora africaine ».

 

 

1974 : Duvalier accusé, 20 min, N/B, 16 mm

1974 : Haïti : Au tribunal de Bertrand Roussel

1975 : Duvalier condamné, 40 min, N/B, 16 mm

1975 : Ayiti, men chimen Libète/Le chemin de la Liberté, 120 min, N/B, 16 mm (Premier Long métrage Haitien)

1976 : Art naïf et répression en Haïti, 45 min, couleur, 16 mm

1981 : Un Tonton Macoute peut-il être un poète ?, 35 min, couleur, 16 mm

1984 : Le Droit à la parole, (Radio Haïti en 1980) 15 min, couleur, 16 mm

1988 : 20 Ans de travail avec les pauvres, 45 min, vidéo

1988 : Le Manioc est la vie de Maréchal, 40 min, vidéo

1989 : La Drogue ne pardonne pas ! 15 min, vidéo

1989 : Les Droits de l’enfant, 15 min, vidéo

1993 : Port-au-Prince, la 3e Guerre mondiale a déjà eu lieu, 15 min, vidéo

1998 : Qu’est-ce qu’un syndicat ?, 20 min, vidéo

1999 : La Protection du citoyen, 20 min, vidéo

1999 : Connaissance pour sauver la vie

2000 : Courage de femme, 17 min, couleur, vidéo

2001 : Tiga : Haïti, rêve, possession, création, folie, 52 min, couleur, vidéo

2001 : Marithou, femme peintre d’Haiti 13 min, couleur, vidéo

2001 : Beauté contre pauvreté à Jalousie, 13 min, couleur, vidéo

2001 : Le Faiseur de fanaux, 14 min, couleur, vidéo

2001 : Diyite gran moun, 15 min, couleur, vidéo

2002 : Piwouli et le Zenglendo, 90 min, couleur, vidéo

2002 : Cédor ou l’Esthétique de la modestie, 39 min, couleur, vidéo

2003 : Albert Mangonès, l’espace public, 52 min, couleur, vidéo

2003 : André Pierre, celui qui peint le bon, 26 min, couleur, vidéo

2003 : Ti Machin, la mécanicienne, 13 min, couleur, vidéo

2003 : Jeunes, sexualité et Sida : trois capsules de 2 min, couleur, vidéo

2003 : Carnaval de la jeunesse contre le Sida à Jacmel, 15 min, couleur, vidéo

2003 : Souvenance, Communauté dahoméenne du Vaudou, 13 min, couleur, vidéo

2003 : Tout ti moun se ti moun, 13 min, couleur, vidéo

2004 : Je ne veux pas transmettre le VIH-SIDA à mon enfant, 13 min, couleur, vidéo

2004 : Economy of survival in Haiti, 26 min, couleur, vidéo

2004 : GNB contre Attila ou une autre Haïti est-elle possible?, 120 min, couleur, couleur, vidéo

2006 : Le Président a-t-il le Sida ?, 123 min, couleur, vidéo

2006 : Enfants en danger, 10 min, couleur, vidéo

2007 : Préfete Duffaut, piété et urbanisme imaginaire, 30 min. couleur, vidéo.

2007 : Aubelin de Jolicoeur, Mister Haïti, 26 min. couleur, vidéo..

2008 : Jacques Roumain, la passion d’un pays, docuentaire, 118 min, couleur, video.

2008 : Cinq histoires vraies, 30 min, couleur, vidéo.

2008 : Bâtir l’avenir, 30 min, couleur, vidéo.

2009 : Les amours d’un zombie, fiction, 90 min, couleur, vidéo.

2009 : Savoir pour pouvoir, 20 min, couleur, vidéo.

2009 : La sculpture peut-elle sauver le village de Noailles ou Les Boss métal de la Croix des Bouquets. 32 min, couleur, vidéo.

2010 : Chronique d’une catastrophe annoncée ou Haïti : apocapypsis now, 18 min, vidéo, couleur.

2010 : La planète bleue de Lucner Lazard, 23 min. vidéo, couleur.

2010 : Il était une fois Pericles, 6 min, couleur, video.

2011 : Six femmes d’exception, 88 min, couleur, video.

Prix, Festivals et autres

 

1974-2011 : Nombreux prix Internationaux pour la réalisation des films.

Membre de plusieurs Jury Internationaux de film : La Havane, Images Caraïbes, Namur, Ouagadougou FESPACO, Oaxaca México, Bogota, Sucre (Bolivie).

Rétrospective à l’Institut Français d’Haïti, au festival Africa-America à Port-au-Prince, à Bogotá, à l’Alliance Française de New York a Sucre, Bolivie, à La Cinémathèque de Saint Domingue.

Participation à de nombreux Congrès, Séminaires, Symposiums et Conférences Internationaux.

1975 : Prix de la Critique Arabe à Genève pour Haiti, le chemin de la Liberté.

1976 : Prix de la Francophonie Festival FIFEF de New-Orléans pour Art naif et répression en Haiti

1980 : Prix du meilleur cout-métrage de la ville de Caracas pour Un tonton-macoute peut-il être poète ?

1982 : Mention spéciale du festival de ciné de Merida pour Un tonton-Macoute peut-il être un poète ?

1983 : Mention spéciale du Jury du festival international du nouveau cinéma latino-américain de la Havane pour Haïti, le chemin de la liberté.

Auteur du livre: Matériel pour une préhistoire du cinéma haïtien (Caracas, 1982)

2002 : Honoré au Festival de Cannes pour l’ensemble de son œuvre et pour son documentaire Courage de femmes dans le cadre de la remise du Prix Djibril Diop Mambety.

« Prix Ticket d‘Or » pour Arnold Antonin, pour sa contribution au cinéma haïtien du magazine « Ticket » du journal « Le Nouvelliste »

2007 : Prix « Paul Robeson » au Meilleur Film de la diaspora africaine, au Festival FESPACO à Burkina Faso, pour le film Le Président a-t-il le Sida? .Et Prix spécial du Comité de lutte contre le Sida du Burkina Faso.

2007 : Mention spéciale au Festival Vues d’Afrique de Montréal, pour le film Le Président a-t-il le Sida?.

2007 : Premier Prix de long métrage de fiction octroyé par Radio Canada dans le cadre du Festival International du Cinéma Haïtien de Montréal, pour le film Le Président a-t-il le Sida?

2007 : Le président a-t-il le Sida ?, sélectionné pour le Festival itinérant des films de la Caraïbe. .

2008 : Mention spécial du Jury du 2º Festival du Cinéma Latino-américain de Oaxaca pour le film: GNB contre Attila ou Une autre Haïti est possible.

2008 : Le président a-t-il le Sida: film d’ouverture du festival du film » Fleurs de la diaspora africaine San José de Costa Rica.

2008 : Jacques Roumain, la passion d’un pays, film de clôture de la semaine du film francophone organisé par Vues d’Afrique au Musée de la civilisation à Québec. Mention spéciale du Jury au Festival International du film Haïtien de Montréal. Sélectionné au festival du Cinéma latino-américain de la Havane. Projeté à l’Atrium de Fort-de France, et au Collège Jacques Roumain de la Martinique.

2009 : Jacques Roumain, la passion d’un pays a été projetée en marge de la Berlinale à Berlin. Gagne le prix Paul Robeson du meilleur film de la diaspora africaine au Fespaco (Burkina Faso) pour la deuxième fois consécutive. Prix au « Meilleur film Documentaire » au Festival FEMI à la Guadeloupe. Prix au « Meilleur film Documentaire » au Festival Ecrans Noirs à Yaoundé, Cameroun.

2010 : Chronique d’une catastrophe annoncée a été invité à participer comme invité d’honneur à différents festivals de droits de l’Homme et conférences sur Haïti en Amérique Latine (Argentine, Première mondiale au Ciné Gaumont, Semaine de solidarité avec Haïti de l’ INCAA, XII Festival Internacional de Cine de Derechos Humanos, en Colombie (Festival « El Espejo »), Bolivie (“ 6 eme. Festival de Cine de derechos Humanos), Mexique à l ’Universidad Nacional Autonoma Mexico), aux États-Unis (Univ. de Yale), en France (Festival de Cinéma de St. Barth « Cinéma Caraïbe » et 33ème. Festival de Cinéma de Douarnenez), en Suisse (Sous l’égide de la société des américanistes de suisse Peuples Autochtones et afrodescendants a Genève), au Cameroun (Festival Ecrans Noirs), A Costa rica (Festival Flores de la Diaspora africana 2010) sélectionné en Finlande, Helsinki (Festival de Ciné Latinoamericano et de la Caraibe, CINEMAISSI 2010), au Festival International du Cinéma Latinoamericain de L’ Havane et pour le Festival Iitinérant des films de la Caraibe.

2010 : Jacques Roumain, la passion d’un paysinvité à la Semaine de la Francophonie à L ‘Alliance française a Buenos Aires, film sélectionné pour représenter Haïti au Festival des Arts Nègres de Dakar.

2010 : Les amours d’un zombie sélectionné au 34ème. Festival International du cinéma de Sao Paulo, Brésil. Sélectionné au festival d’Amiens(France). Ssélectionné au festival panafricain de Lagos Nigeria

2011 : Les amours d’un zombie Prix Paul Robeson du meilleur film de la diaspora aficaine au Fespaco Burkina Faso, sélectionné comme film de clôture du festival Vues d’Afrique et images de la Caraïbe de Montréal, sélectionné au Festival Panafricain de Cannes.

2011 : Six femmes d’exception, film d’ouverture des Rencontres interrégionales du documentaire et du court métrage de Guyane où Arnold Antonin a été invité comme parrain du festival.

2011 : L’UNESCO organise à Paris le 20 janvier une table ronde sur Haïti et projette à cette occasion six films d’Arnold Antonin en présence de l’auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s